Passage…

Comme une femme qui regarde longtemps passer la nuit dans la matière vive

et qui attend qu’un vent se lève,

un chant de l’autre monde qui prendrait les couleurs d’un navire

afin que se brise le temps en simples et grandioses harmonies.

Cette femme est cachée dans le silence des forêts,

elle a des glaises grasses et luisantes dans les mains qu’elle passe sur son corps

écrivant ainsi la jouissance d’être au monde un instant

et vivant dans un corps de naissance et de terre

la naissance de vivre un moment hors du temps.