Rendez-vous (4)

C’est le métier du poète le silence qui habite le temps. Penché sur le passé, il est dans cette eau de toujours à puiser l’avenir. Il laisse croître et venir et germer ce qui n’est plus et ce qui n’est plus devient amour parfois.

Il marche dans les phrases toujours comme on va son chemin, il glane les consonnes près ou loin dans ce qu’on touche et voit. Les voyelles sont le vent de nos cœurs, les oiseaux le savent bien.

Il y a un ciel qui n’est pas toujours pur, une terre pas tant sombre que ça. Il amène les couleurs à portée de voix.