Rendez-vous (5)

On se rend à la parole. La terre nous attend. Il ne faut pas la louper, chercher ailleurs, on raterait l’enfance, on ne viendrait plus au monde. On ne serait plus vraiment là.

Et puis…la voilà dans sa grande robe bigarrée, et tressée de silence, la poésie, grosse de tout ce qui veut naître et devenir. Elle aide le silence à ne pas se sentir oublié, elle habille d’images, elle approche, elle dit moi, elle dit moi, elle dit moi, elle écoute aussi large que l’horizon et l’on grandit soudain à son toucher, elle comprend et l’on voit un chemin où l’on ne voyait plus rien se dessiner.

On n’est pas seul avec la terre. Elle parle quand on parle, elle ne finit jamais, elle ne nous oublie jamais non plus et s’il arrive qu’on la quitte, et s’il arrive qu’on perde la parole, alors on ne sait où l’on va