Des gestes à l’avenir de soi

(reprise et modifications)

Il n’y a pas de lieu pour commencer.

Tous les lieux sont des commencements

Même celui qu’on dit le dernier

Tout les commencements sont le premier

On sait pas trop. On s’interroge,

On s’interroge mais sans parler,

Et l’on regarde avec des airs au loin

D’attendre un train ou un copain

Sans être sûr de l’horizon, sans être sûr de rien

Sans être sûr du ciel qui vient.

On écoute le jour se lever en silence

Et l’on s’éveille d’avancer…on ne sait pas comment.

C’est peut-être autre chose

Ou autrement

Dans une langue que l’on ne connait pas

Avec des gestes à l’avenir de soi

On ne sait pas le dire

On ne voit pas vraiment

On ne sait pas comment l’on voit

On ne sait pas mourir

Et c’est peut-être une autre fois

Tout simplement.

Voir l’article original